Plan du site
Moyens
thérapeutiques
> ◊ Prothèses

Appareillage prothétique

Fabrication | Application | Rééducation

Définition | Objectif : A quoi ça sert ?


  • Les prothèses sont des appareils destinés à se substituer (à remplacer) au(x) segment(s) de membre, ou plus généralement à une pièce anatomique, amputé.
  • Les prothèses pour amputés des membres doivent toutes être fabriquées sur mesure, adaptées à chaque patient et à son projet de vie et réclament de la part de son usager un apprentissage.
  • Des compromis entre les objectifs fonctionnels et les contraintes biologiques et techniques sont souvent nécessaires.
  • Il n’en demeure pas moins que les services rendus par l’appareillage sont considérables et sans équivalent.

Le processus d’appareillage après l’amputation ?


Après amputation d’un membre, plusieurs périodes caractérisent le processus d’appareillage.

a) Les soins du membre résiduel (moignon) : cicatrisation
  • Après l’amputation il faut plusieurs semaines pour que le membre résiduel acquière une forme et un volume stable. Il en résulte la nécessité de réaliser une prothèse provisoire évolutive permettant de suivre des modifications du membre résiduel.
  • La cicatrisation du moignon est dans la majorité des cas nécessaire pour permettre la réalisation de la prothèse provisoire. Les soins spécifiques initiaux sont déterminants pour une bonne tolérance ultérieure de la prothèse et pour assurer une bonne qualité du membre résiduel au même titre que la qualité du geste chirurgical qui a précédé.
b) La réalisation de la prothèse provisoire
  • La cicatrisation acquise, un moulage du moignon est réalisé le plus souvent en plâtre : il sert à la réalisation de l’emboîture de la prothèse. (Vidéo)
  • Les autres éléments de la prothèse sont réalisés par l’assemblage de différentes pièces choisies en fonctions des impératifs anatomiques et fonctionnels.
  • Les prothèses pour amputés des membres doivent toutes être fabriquées sur mesure, adaptées à chaque patient et à son projet de vie et réclament de la part de son usager un apprentissage.
  • Celles-ci font l’objet de corrections complémentaires autant que de besoin avec les rééducateurs en fonction des performances et de l’évolution du moignon.
c) La rééducation et la réadaptation
  • La rééducation vise à apprendre et automatiser l’intégration et l’usage de la prothèse au cours des différentes activités.
d) L’appareillage définitif
  • Quand le moignon est devenu stable dans sa forme et dans son volume principalement, quand les déformations et rétractions sont corrigées au mieux, la prothèse définitive est fabriquée et ajustée. On l’appelle encore prothèse de première mise.
  • La rééducation qui suit est habituellement beaucoup plus courte.
  • Les mesures de réadaptations sont finalisées : conduite automobile, usage sportif et professionnel…
e) Les renouvellements et les réparations
  • Les prothèses peuvent être renouvelées réglementairement tous les 5 ans.
  • Des réparations ou des ajustements dus à l’évolution du moignon (amaigrissement, …) sont possibles chaque fois que cela est nécessaire.
  • Des prothèses destinées à des usages spécifiques (loisirs, sport, travail) peuvent compléter les prothèses courantes.

L’application : ajustements


  • L’application débute par l’adaptation de l’emboîture sur le membre amputé. Elle est réalisée par l’orthoprothésiste.
  • L’emboîture doit être confortable, indolore et bien tenir au membre amputé.
  • L’alignement de l’emboîture avec les différentes pièces articulées, est réalisé en statique. Secondairement, l’orthoprothésiste procède aux réglages des différentes articulations, lors d’essais de marche entre barres parallèles.

La rééducation et la réadaptation


  • La rééducation a pour but de permettre à l’amputé, de reprendre toutes ses activités en rapport avec son projet de vie.
  • Des conseils d’hygiène sur les soins du membre amputé et l’entretien des prothèses, sont donnés.
  • Les techniques utilisées visent à maîtriser progressivement la prothèse : marche entre barres parallèles, cannes anglaises, cannes simples puis sans canne si possible.
  • L’autonomie aux déplacements est poursuivie dans les escaliers, les plans inclinés, les terrains accidentés….
  • En fonction du projet de vie, un réentraînement spécifique en activités sportives ou professionnel est réalisé.

Le suivi et le renouvellement


  • En cas de dysfonctionnement ou de désadaptation de la prothèse, il est vivement conseillé de reprendre contact avec le médecin prescripteur ou l’orthoprothésiste qui a réalisé l’appareil.
  • En fonction de la date de livraison de l’appareil, de la durée de garantie, de la panne ou de la désadaptation, une réparation ou un renouvellement de l’appareil seront envisagés.

Les particularités de l’appareillage pour le membre supérieur


  • Un appareillage pour amputation du membre supérieur ne peut se concevoir sans apprentissage.
  • La rééducation est donc indispensable et personnalisée en fonction des activités et de l’environnement de chaque patient.
  • L’appareillage du membre supérieur peut être comparé à l’utilisation d’un outil qui pour être efficace, doit être personnalisé en fonction de l’état clinique du patient et de son projet de vie.
  • Lors du renouvellement d’une prothèse de membre supérieur, il est indispensable de refaire le point sur les besoins fonctionnels de chaque patient qui sont parfois très différents au cours de la vie : enfance, sport, travail, retraite, loisirs…. 

Appareillage d’un amputé des deux membres supérieurs


Fabrication d’une prothèse de jambe : première partie


Fabrication d’une prothèse de jambe : seconde partie

> Télécharger la fiche d’information
> Pour en savoir plus...

 
© 16 décembre 2008