Pourquoi est-il déconseillé de conduire avec corset lombaire ?

Accueil / Blog

Il est probable que lorsque vous êtes assis dans votre voiture et qu’elle ne bouge pas, vous êtes assis sur une chaise rembourrée. Cependant, lorsque votre voiture commence à bouger, tout change.

Contrairement à la position assise habituelle, votre corps ressent de nombreuses forces, y compris les vibrations de haut en bas de l’ensemble du corps, lorsque votre véhicule oscille d’un côté à l’autre pendant qu’il est en mouvement et qu’il est sujet à des accélérations et des décélérations.

 

Pourquoi souffrez-vous de maux de dos lorsque vous conduisez ?

Lorsque vous êtes assis, votre colonne vertébrale est soumise à davantage de pressions que lorsque vous êtes debout. Lorsque vous conduisez, cette pression est aggravée par d’autres forces telles que les vibrations, les oscillations latérales, les accélérations et les décélérations.

Quelles en sont les causes de mal de dos lors de la conduite ?

La conduite nécessite également l’utilisation active de vos pieds pour contrôler les pédales, ce qui les empêche d’être solidement posés sur le sol pour assurer leur stabilité. La gêne dorsale peut être due à une combinaison de ces causes, ainsi qu’à une posture assise inappropriée et à une mauvaise conception du siège.

 

Comment éviter le mal de dos en conduisant ?

Alors, si votre dos ne coopère pas, comment faire pour parcourir de grandes distances ? Pour que le voyage se déroule plus facilement, tenez compte des suggestions suivantes :

  • utilisez un soutien lombaire si nécessaire : il peut s’agir d’une simple serviette enroulée ou d’un coussin de soutien spécialement conçu. Veillez simplement à ce qu’il soit positionné correctement dans le bas du dos, à peu près au niveau de la ceinture ;
  • votre siège doit être avancé : se rapprocher le plus possible du volant sans être inconfortable est bénéfique. Vous ne vous affaisserez pas puisque vous êtes si près des pédales, vous n’aurez pas de mal à les atteindre. La hauteur de vos genoux ne doit pas dépasser celle de vos hanches ;
  • réglez l’angle de votre siège : pour être bien assis, le dossier de votre siège doit être réglé à un angle d’environ 100 à 110 degrés ;
  • faites une croisière : utilisez le régulateur de vitesse si vous pouvez le faire en toute sécurité dans votre véhicule. Cela vous permet de poser les deux pieds au sol pendant de brèves périodes et de répartir votre poids de manière égale ;
  • étirez-vous : sortez du véhicule et étirez-vous aussi souvent que possible, idéalement toutes les demi-heures ;
  • ajustez votre prise sur le volant : si vous ressentez une gêne au niveau du dos, les chercheurs ont étudié la méthode optimale pour se placer au volant. Auparavant, les nouveaux conducteurs étaient formés à tenir le volant aux positions 10 heures et 2 heures. Cependant, avec l’introduction des airbags, une étude a montré que vos mains doivent être placées à 9 et 3 heures.

 

Quels sont les inconvénients du corset lombaire lors de la conduite ?

Il existe trois raisons pour lesquelles vous ne devriez pas conduire avec un corset lombaire.

 

Le corset lombaire augmente vos chances de souffrir d’une hernie discale lombaire

Cela est dû au fait que le support lombaire est trop haut pour maintenir le bassin lors de la conduite. L’un des principaux effets des vibrations et du stress routier dus à la conduite est une secousse rapide du bassin sur les tubérosités ischiatiques s’il n’y a pas de stabilité pelvienne solide.
Le plus grand mouvement de flexion de la colonne vertébrale est localisé au niveau des deux vertèbres lombaires les plus basses. Cette action de basculement du bassin localise le plus grand mouvement de flexion de la colonne vertébrale aux deux vertèbres lombaires les plus basses. Cela correspond au fait que le niveau le plus courant de hernie discale se situe le deuxième niveau le plus courant.

 

Une posture de conduite avachie n’est pas corrigée par un corset lombaire

Une flexion extrême de la colonne lombaire, selon les partisans du soutien lombaire, entraîne une position de conduite avachie. Par conséquent, l’ajout d’un support lombaire est le remède simple à l’avachissement. Une étude récente révèle toutefois que se concentrer sur la colonne lombaire lors de l’affaissement est erroné.

Selon Nairn l’assise affaissée se définit par une flexion quasi complète de la colonne thoracique inférieure et de la colonne thoracique moyenne, mais seulement par une flexion moyenne de la colonne lombaire. Les régions thoracique inférieure et médiane, plutôt que la colonne lombaire, sont proches de l’extrémité de la flexion. Selon ces recherches, dans une position assise avachie, la colonne thoracique joue un rôle plus important que la colonne lombaire.

 

Votre posture debout sera ruinée si vous conduisez avec un corset lombaire

Le haut du tronc est poussé derrière les hanches lorsque vous conduisez avec un corset lombaire. Il en résulte que le conducteur est plus éloigné du volant et du pare-brise. L’augmentation de la cyphose thoracique, l’arrondissement des épaules et la poussée de la tête en avant sont des réactions courantes à cette distorsion posturale.
Le soutien lombaire entraîne également un relâchement et un étirement excessif des muscles abdominaux inférieurs profonds, qui sont importants pour la posture assise et debout. Plus on passe de temps à conduire avec un soutien lombaire, plus la posture debout se détériore rapidement, ce qui se traduit par une tête en avant, un dos rond, des épaules rondes et un ventre proéminent.

Thomas Archambault

Thomas Archambault

Rédacteur

J’écris des articles qui vous aideront, j’espère, à trouver votre meilleur état de bien-être physique, mental et émotionnel. Je suis passionné par les sciences, et j’apprends quelque chose de nouveau chaque jour pour être au sommet de mes connaissances sur la santé et le bien-être.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.